Commerce et farniente

Jour de souk, jour de farniente

Il s’appelle Mohmad, Âli ou Bihi ? Qu’importe !

Il est né à Biougra, Anzi ou Issafen ? Qu’importe !

En semaine, il est manœuvre, serveur ou vendeur ? Qu’importe !

Toutes ces questions sans réponse, qu’importe !

Aujourd’hui, c’est dimanche, jour de forêt, jour de souk.

Le pick-up garé, il déballe, déploie, lentement, négligemment, méthodiquement,

tagines, bouilloires, babouches, plantes aromatiques et autres produits du bled.

Cette femme là-bas, planquée derrière son objectif ? Que lui importe !

Aujourd’hui, c’est dimanche, jour de forêt, jour de souk.

La marchandise exposée, la bouilloire siffle à l’arrière du pick-up.

Le thé infusé, il s’installe en travers de la porte du coffre.

Verre après verre, il sirote. Cigarette après cigarette, il grille.

Cette femme qui tourne et retourne les babouches ? Que lui importe !

Cette femme qui marchande, chipote et papote ? Que lui importe ?

Aujourd’hui, les fureurs de la ville sont au loin.

En forêt, les gargouillis du ventre du chacal sont inaudibles.

C’est dimanche, jour de souk, jour de farniente.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×